Les élèves de 3.3 et 3.4 sont allés voir la pièce « La fausse suivante » de Marivaux avec leurs professeurs le mercredi 21 mars à la Passerelle.
Le mardi 20 mars, un échange a eu lieu entre nos élèves et des protagonistes du spectacle (à lire ci-dessous).

Échange autour de la pièce et des métiers du théâtre

Mohand Azzoug, le comédien qui interprète Arlequin ainsi que Magali Larno, chargée des relations scolaires pour la Passerelle et la chargée de production de ce spectacle sont venus à la rencontre de nos élèves de 3.3 et 3.4 avant le spectacle « La fausse suivante » du 21 mars à la Passerelle.

Ils se sont présentés puis ont laissé les élèves leur poser des questions.

Quelques questions posées

À Mohand Azzoug :
« Avez-vous le trac ? »
« Préférez-vous le théâtre classique ou le théâtre moderne ? »
« Auriez-vous aimé jouer un autre rôle qu’Arlequin ? »
« Que préférez-vous dans votre métier ? »
« Est-ce que vous gagnez bien votre vie ? »
Des questions également sur son parcours…

À tous :
« Combien de temps prend la préparation d’un spectacle ? »
« Combien de fois jouez-vous par semaine ? »
« Est-ce que cela ne vous gêne pas d’être souvent sur les routes ? »

Après cet échange, Fabien et Simon ont interprété une scène qu’ils avaient travaillée avec M. Le Collen, leur professeur de français.
La 1re interprétation étant trop figée, Mohand Azzoug leur a donné des conseils pour progresser. Ils ont rejoué la scène 2 fois et ont été applaudis.

À l’issue de cette rencontre, nos trois invités sont retournés à la Passerelle pour des essais de filage du spectacle.

Les personnages de la pièce

  • La Comtesse : riche et séduisante.
  • Lélio : prétendant calculateur.
  • Le Chevalier : une jeune Parisienne fortunée qui se fait passer pour la servante d’une Parisienne fortunée et qui se travestit également en Chevalier.
  • Trivelin : valet du Chevalier.
  • Arlequin : valet de Lélio.
  • Frontin : autre valet du Chevalier.
  • Valets, danseuses, musiciens…

Résumé de la pièce

Une fille de bonne famille est promise en mariage à Lélio. Elle ne le connaît pas et afin de sonder son caractère, se travestit en chevalier et se lie d’amitié avec lui. Le jeune homme croit avoir affaire à un homme de bonne compagnie et ouvre son cœur : il dévoile qu’il veut rompre avec sa maîtresse, une comtesse capricieuse et riche, mais moins fortunée que la jeune femme qu’on lui propose d’épouser. Il demande alors à son « ami » de séduire la comtesse et ainsi de l’en délivrer. Chacun y va de sa petite intrigue, de ses pièges et les masques tombent peu à peu, révélant ainsi les désirs véritables de chacun des personnages : Trivelin, le nouveau valet du chevalier, sarcastique et philosophe, tombe sous le charme de son maître, mais montre aussi rapidement sa rapacité. L’attrait de l’argent prédomine aussi chez le valet de Lélio, Arlequin dont les mimiques et la gestuelle sont empruntées au burlesque. L’intérêt pécuniaire vaut aussi chez les maîtres : Lélio se retrouve dupe (en amour et en argent) en voulant duper La Comtesse, qui est perçue comme volage, et dont l’inconstance la perdra, malgré le raffinement de ses émois. Le chevalier, pivot des intrigues, est obstiné et rusé, et n’aura de cesse que de démasquer Lélio, dont la fourberie (même envers les valets) n’a d’égale que son avidité mercantile.